DAROUSALAM

« Enseigner, c’est apprendre deux fois. » Joseph Joubert ( 1754-1824)

  • compteur

LA PEDAGOGIE DE LA REUSSITE

Posted by darous on avril 27th, 2016

La pédagogie de la réussite

Objectif et démarche

Mon but dans ce travail sera une critique d’un grand principe de la pédagogie : la réussite. Qui, par son importance et son « indiscutabilité » a donné naissance à une pédagogie : “la pédagogie de la réussite”
Je précise que cette critique se fera surtout pour voir si cette pédagogie utilisée dans de nombreux milieux scolaires, est transposable dans l’apprentissage de la musique et en particulier, celui de la guitare.

Pour arriver à ce but, je redéfinirai la pédagogie et quelques unes de ses caractéristiques particulières, qui seront déjà en elles-mêmes une suite de réflexion sur les techniques d’enseignement. Je m’étendrai plus longuement sur « la constante macabre » qui est en grande partie à l’origine de la création de la pédagogie de la réussite. Ensuite, une petite analyse historique qui devrait expliquer et situer dans le temps l’apparition de cette pédagogie dite de la réussite.
Pour terminer par une définition et critique de cette forme d’enseignement, et mes conclusions quant à son utilisation dans l’enseignement de la musique.

La pédagogie - définition

La pédagogie est l’étude des sciences de l’éducation, de la méthodologie des pratiques éducatives. Une des particularités spécifiques de la pédagogie, est qu’elle est propre à l’homme, comme le dit Emmanuel Kant dans son Traité de pédagogie : « L’homme est la seule créature qui soit susceptible d’éducation. L’homme a besoin de sa propre raison. Il n’a pas d’instinct, il faut qu’il se fasse à lui - même son plan de conduite. Mais comme il n’en est pas immédiatement capable, et qui arrive dans un monde à l’état sauvage, il a besoin du secours des autres. »

Cette particularité est bien connue des scientifiques et des anthropologues qui nous apprennent que, ce qui différencie un singe d’un homme à sa naissance, c’est que le singe sait déjà nonante pourcents de ce qu’il saura, tandis que l’homme lui seulement dix pourcents .Le reste, il l’apprendra au contact de ses congénères.

Une deuxième particularité importante de la pédagogie, c’est sa grande variabilité dans le temps et dans l’espace. Ceci étant sans doute dû à ce qu’elle a son champ d’application sur la matière humaine, son objectif étant le développement du sujet sur lequel elle s’applique. Les pédagogies pourront donc varier en fonction des objectifs visés et aussi en fonction des sujets traités.

On comprendra dès lors tout l’intérêt que les pouvoirs politiques porteront sur cette science. Et c’est sans doute pour cette raison que l’état, à un moment donné dans l’histoire, prendra en charge l’éducation. Ceci expliquant une fois de plus la variabilité dans le temps et l’espace des pédagogies en fonction des pouvoirs qui l’exercent.

Constante macabre

Je consacre une place particulière à cette caractéristique car elle est en partie à l’origine du renouveau des méthodes pédagogiques. Avant, bon nombre d’enseignants considéraient qu’un pourcentage d’échec légitimait la qualité de leur enseignement. Si lors de l’évaluation d’un apprentissage, un trop grand nombre d’élèves réussissait, l’apprentissage ou l’évaluation était donc trop facile et ne permettait pas d’évaluer le processus d’apprentissage.
Certains enseignants considéraient que dans leurs élèves, seul un pourcentage déterminé, avait les aptitudes pour réussir. Et si les résultats faisaient mentir cette règle, ils augmentaient leur niveau d’exigence jusqu’à obtenir le taux d’échec voulut. Paradoxalement, on pourrait parler ici de pédagogie de l’échec. Nous verrons dans l’exposé historique l’importance de cette particularité.

Analyse historique

Je tiens à préciser que cette analyse est toute personnelle, ciblée sur notre société et s’intéressant aux seuls faits qui permettront de comprendre l’apparition de cette pédagogie. Pour moi, l’évolution historique de cette science est liée à deux facteurs. D’une part l’autorité qui la dispense et sur qui, d’autre part, les objectifs qu’elle se donne.
La première forme d’enseignement à la préhistoire était donnée par les parents (surtout la mère) aux enfants et se limitait aux gestes permettant la survie. Il s’arrêtait, comme les liens parentaux, lorsque l’enfant était autonome. Il s’étendit avec le temps, lorsque les apprentissages culturels augmentaient.
Ensuite, au Moyen-Âge, les premières écoles organisées (universités) l’étaient par le pouvoir religieux et son but ainsi que son contenu tout autant, l’étude de la bible pour devenir un bon chrétien.
Parallèlement à cette époque, apparaît l’enseignement militaire qui devait faire de bons petits soldats prêts à mourir pour la patrie. Je n’oublie pas bien sûr, que pendant toute cette période ainsi que pendant l’antiquité, l’enseignement est dispensé pour les princes et autres personnes aisées. Mais ce sont des types d’enseignements isolés et toujours réservés à une minorité.
Il faudra attendre les premières démocraties pour que l’état prenne en charge et organise l’enseignement. Apparaissent alors à cette époque, et en fonction du pouvoir et des buts visés par celui-ci, différentes pédagogies. La tâche étant tellement énorme, que dans un premier temps l’alphabétisation était la priorité (comme encore aujourd’hui dans une grande partie du tiers-monde).
Ensuite, à la révolution industrielle, il fallait en plus apprendre un métier pour faire tourner les entreprises naissantes. Et c’est sur cette période que je voudrais m’attarder.
En effet, c’est aussi à cette époque que se développent les idées et les gouvernements de gauche, pour qui l’enseignement est un droit et doit avoir pour but la lutte contre les inégalités sociales. Il faut donc tout mettre en oeuvre pour que tous les élèves réussissent. Pour ce faire, on va mieux étudier les modèles pédagogiques et se soucier des résultats.

De cette démarche et en réaction à la constante macabre, naîtra la pédagogie de la réussite. Celle-ci sera la dernière évolution importante des grands courants éducatifs.

Pédagogie dite de la réussite - définition

Il est difficile de trouver dans la littérature une définition, et comme je l’ai précisé, ma critique sera centrée sur l’enseignement de la musique et en particulier de la guitare, j’envisagerai ce dernier comme étant un l’apprentissage gestuel (éducation corporelle). Le souci dans cette pédagogie, va bien sûr être d’éviter à l’élève l’échec, qui brise la motivation. On va donc pour ce faire fragmenter les apprentissages en courtes séquences avec très peu de consignes pour que l’élève réussisse toujours. En augmentant la complexité après chaque étape pour arriver ainsi pas à pas à l’apprentissage final global. Si au cour du processus d’apprentissage l’élève échoue à une séquence, on reviendra rapidement à l’étape ultérieure, voir à une étape intermédiaire qui permettra la réussite de la difficulté.
Il s’agit en fait d’un saucissonnage avec accroissement des difficultés. Chaque étape réussie étant le témoin de l’assimilation de l’apprentissage précédent. L’objectif final étant l’assemblage ou l’évolution des séquences qui aboutiront à l’apprentissage ciblé.
On voit bien que dans ce système, l’important est d’éviter à tout prix l’échec. La fragmentation des compétences est important pour ne pas qu’une difficulté plus importante lors d’une séquence brise l’évolution de l’apprentissage et confronte l’élève à l’échec.
Le souci constant sera la réussite afin de garder la motivation. Si par exemple, on veut enseigner à la guitare un arpège à quatre doigts, on ne va sûrement pas proposer l’exercice global après une démonstration, l’élève serait déjà découragé par l’ampleur et la perplexité de l’apprentissage. On va donc commencer par uniquement des notes avec le pouce, ensuite quand ceci sera acquis, on fera de même avec un doigt, puis un deuxième, un troisième. Ensuite par exemple on combinera un doigt et le pouce… Ce qui donnera une bonne autonomie de chaque doigt.

Critique

Avant de commencer cette critique qui pourra sembler sévère, je rappellerai cette citation d’Andrés Malraux : « Eduquer, c’est l’art du possible ». Je suis assez d’accord avec lui, la perfection n’est qu’utopie dans se domaine. Cette pédagogie reste une grande évolution, et est sans doute ce qui se fait de mieux dans nos sociétés, j’en reste convaincu. De plus, elle est soumise à une énorme contrainte que je passe sous silence dans cette analyse, c’est qu’elle est avant tout collective.
Il ne faut pas minimiser cette difficulté, au contraire elle est sans doute ce qui rend très complexe toute évolution.

Premier inconvénient de cette technique c’est son côté très analytique. Les apprentissages sont morcelés, en courtes séquences. L’élève n’aura pas de vision générale du travail. Si dans certains domaines ceci n’est pas trop grave dans l’apprentissage de la musique, ça peut-être vu comme une catastrophe. Comment aborder une oeuvre de Bach si ce n’est dans son ensemble. Isoler un fragment le rend incompréhensible, la pièce n’a un sens que dans son intégralité. Faudra t-il attendre un haut niveau technique pour aborder certaines pièces ? Faudra t-il alors travailler sur des séquences qui seront elles mêmes des « mini-œuvres ». Peut-être faudra t-il les composer? Il faudra en tout cas présenter à l’élève dès le début l’ensemble de la tâche, et lui préciser que ces découpages sont artificiels.
D’autre part, ce système analytique impose une individualisation maximum. Le découpage des apprentissages doit se faire si on veut rentabiliser la pédagogie de façon propre à chaque élève. Un enseignement collectif est donc très difficile. En musique, on risque donc de perdre tout l’intérêt que représente l’intérêt de jouer en groupe.

Deuxième inconvénient et non des moindres dans ce mode pédagogique c’est le côté unilatéral de la relation professeur- élève. Ce dernier est totalement passif dans la relation, il subit l’enseignement sans participer à son élaboration. C’est le professeur qui détient et dispense les éléments du processus. Ce qui n’aboutira pas au final à l’autonomie de l’élève, ce qui doit être une priorité à toute pédagogie.
De plus, le schéma d’apprentissage est stéréotypé, et répétitif. Joint à cette passivité, il peut engendrer une lassitude et perte de motivation de l’élève.
La musique étant un mode de communication basé sur l’échange et le dialogue, on ne peut qu’avoir des doutes quand à l’application de cette méthode.
Un autre défaut, et pour moi le plus important de cette pédagogie est qu’elle diabolise l’échec. L’échec génère l’échec du système.
Dernier défaut et pour moi le plus important de cette pédagogie, c’est qu’elle diabolise l’échec. L’échec génère l’échec du système, il faut l’éviter à tout prix, ce qui va avoir deux conséquences.
D’une part on ne peut ignorer la portée pédagogique de l’échec. L’adage populaire le dit bien : « On apprend que de ses erreurs ». L’échec dans le processus d’apprentissage est un indicateur important et permet de le réorienter et de le faire évoluer. C’est la plus vielle technique d’apprentissage dite : ¨essais erreurs ¨. Loin d’être un frein à la motivation, elle peut en être le moteur, si évidement le professeur encadre l’élève lorsqu’il survient. On ne citera pas le nombre de musiciens parmi les plus grands, autodidactes qui ont appliqué cette méthode.

Un autre adage populaire dit aussi : « A vaincre sans péril on triomphe sans gloire ». L’échec survenu et surmonté va augmenter la satisfaction et encore amplifier la motivation. A un moment donné dans le processus d’apprentissage, seule la réussite qui apparaît après un échec est source de motivation. Si après quelques semaines de cours, tout le monde jouait du piano comme Mozart, combien y aurait-il encore de musiciens.
D’autre part, on constate que cette pédagogie appliquée strictement et durant toute la scolarité de l’enfant génère chez lui un manque de persistance dans l’effort, car il a toujours tout réussi et rapidement. Quand la solution n’arrive pas assez vite l’élève abandonne. C’est ce qu’on appelle la génération : « zappeurs ». On constate que beaucoup d’enfants abandonnent une activité dès que les premières difficultés surviennent. Constatation flagrante dans l’apprentissage de la musique, on peut le voir avec la guitare. C’est sans doute la raison du grand nombre d’abandon constaté dans les premières années d’apprentissage d’un instrument. Il faut apprendre à échouer des années pour parvenir à un maigre résultat.

Je voudrais terminer par une dernière remarque. Je crois que tout type d’enseignement doit se rapprocher et coïncider un maximum à la réalité de la vie. C’est seulement à cette condition qu’il sera rentable. Force est bien de constater que dans la vie tout n’est pas que réussite mais bien souvent une série d’échecs à surmonter pour évoluer (familial, professionnel, santé). C’est pour cette raison que cette pédagogie ne prépare pas à la réalité de la vie et à l’apprentissage de la musique. Dans ce domaine, on peut d’ailleurs se poser la question : la réussite existe-t-elle?

Conclusion

Alors pour ou contre cette pédagogie, celui qui aura lu cette critique la bannira. Mais je serai plus clément, car je pense que tous ces défauts structurels proviennent de son principal et seul objectif : la réussite. Ceci lui a donné une vocation de perfection, d’absolutisme. De plus, cet objectif comme nous l’avons vu plus tôt est politique, et pas le fruit d’une réflexion sur un enseignement qui permet aux élèves de s’intégrer dans notre société. Il faut utiliser cette méthode comme beaucoup d’autres mais refuser son côté parfait, idéal. Toutes les pédagogies sont bonnes, il faut user de toutes en fonction de ses objectifs, et en étant conscient de ses limites et défauts.
Je rappellerai qu’étymologiquement éduquer c’est diriger, mener. Il ne faut jamais oublier ce sens, un enseignent dirige son élève. Il doit savoir où il va et surtout le dire à l’élève, pour que si un jour il se retrouve seul ce dernier sache où il doit aller. Et si pendant son éducation, de multiples formes d’enseignement lui sont proposées, il pourra choisir la méthode qui lui conviendra le mieux pour atteindre ses objectifs. Je pense que c’est là la plus grande erreur de la pédagogie de la réussite qui se trouve déjà dans son nom, elle a confondu à sa création le but et la manière. Le seul but dans toute pédagogie n’est pas l’apprentissage de compétences, mais la méthode. Lorsque l’on pose la question aux plus grands génies (dont les musiciens) : quelle a été leur démarche pour arriver ? Souvent ils l’ignorent et s’ils le savent, ils ne sont pas deux à avoir la même.




 


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 122 articles | blog Gratuit | Abus?